Print

14 Nov 2013

CHAMANISME ET DIVINITE DE LA NATURE

publié par Paul degryse le 14 Novembre 2013 à 23H11- vu 1938 fois -




Le mot «chamanisme» fait immanquablement penser à trois choses:
  1. la nature,
  2. l’énergie
  3. les états de conscience modifiés.
Effectivement le chamanisme est une forme de panthéisme basé sur le principe de l’Energie de la nature, une énergie vivante et dotée de conscience ainsi que sur la possibilité de communiquer avec ces forces vitales qui nous environnent apportant au pratiquant en chamanisme (appelé souvent guerrier de l’esprit) un équilibre personnel et une efficacité hors du commun en tous domaines.

Le Panthéisme, dit le dictionnaire, identifie Dieu au monde et divinise la nature. En effet pour le chamane l’esprit créateur n’est pas hors de sa création ni avant, il est au centre de chaque atome de celle-ci, c’est le principe d’immanence (par opposition à la transcendance pour laquelle le créateur de l’univers est «au-dessus » et extérieur à celui-ci donc à la nature, ce qui résout par une pirouette purement cérébrale le problème de la dualité du bien et du mal et ce qui peut expliquer qu’en tant qu’héritiers d’une religion de la transcendance nous nous soyons tellement éloignés de la nature).
Pour l’homme moderne, dont l’amour de la nature est plutôt hygiénique que spirituel (respirer mieux et ne pas laisser de boites de sardines vides sur les petits chemins de campagne) les concepts du chamane semblent d’une grande naïveté. Un chamane parlant avec les fleurs ou disant bonsoir à son arbre préféré avant de s’endormir dans ses branches ou encore attribuant à un orage une intention délibérée, tout cela ne peut que faire pisser de rire un cadre supérieur de la «Shell » passant la moitié de sa vie devant des ordinateurs au 47ème étage d’un parallélépipède  de la Défense.

C’est peut-être ce que vous penserez... ! et bien détrompez-vous ! le chamanisme intéresse de plus en plus d’occidentaux, y compris et surtout des cadres informaticiens de la Défense et pas seulement parce qu’une randonnée de nuit suivie d’un sweat-lodge et d’une méditation sous une cascade en Ardèche c’est ce qu’il y a de plus relaxant en été avant de s’enfermer tout l’hiver dans des bureaux en plastique avec une armée de fumeurs autour de soi, mais tout simplement aussi parce que tout doucement, oh oui ! très doucement, nous commençons à mettre en doute la Religion du Progrès technoconcentrationnaire et à se demander s’il n’y a pas eu erreur dans la rédaction du contrat social... (vous savez, le bonheur pour tout le monde ?) était-ce écrit «la technique au service de l'homme » ou bien : « l'homme au service de la technique ? ».

Certes les espaces verts augmentent, l’Ecologie progresse, les vols pour les plages, forêts et montagnes encore vierges des tropiques sont de plus en plus à la portée de nos bourses mais c’est peut-être plus que cela  que le cadre informaticien de la Défense va chercher dans le chamanisme (et pas non plus du tourisme spirituel, que ce soit au Mexique ou dans les Pyrénées) ; ce qu’il cherche ce n’est pas seulement de retrouver un respect «naturel » de la nature parce qu’elle est saine et nous rend plus sains, c’est peut-être, de retrouver «sa » nature … sa nature intérieure à lui, s’entend ….Parce que l’homme, après tout, n’est-il pas «de » la nature, n’en fait-il pas partie intégrante ? Qu’a-t-il donc de si exceptionnel pour s’être prétendu hors de la nature et s’être arrogé le droit, comme l’y exhortent les philosophes dit «des Lumières », de «l’exploiter et de la soumettre », ce qui l’a conduit à la monstrueuse arrogance matérialiste actuelle ! La nature est pleine d’énergie, dit le chamane et il ajoute que la nature de l’énergie est de circuler sans limites, alors pour se couler dans ce flux, il faut que l’homme soit «naturel », ce qui est tout un travail, même pour un indien d’amazone, car être naturel va beaucoup plus loin que ce que l’on peut croire, cela implique non seulement des comportements respectueux, économes mais aussi une forme d’esprit, un langage, et des sentiments et émotions spécifiques.

 Il y a une prodigieuse leçon d’économie à recevoir en observant très attentivement la nature, une économie qui n’a rien à voir avec ce que nous entendons généralement par là, une économie holistique dans laquelle les énergies ne sont pas fractionnées, ce qui leur donne une très grande puissance. A ce sujet le chamane parle de l’intention, une énergie mystérieuse pour nous qui transporte à la fois l’esprit des choses, leur volonté, leur matérialité et leur mémoire, une énergie qui bien sûr donne la vie mais aussi la mort, qui guérit, régénère, une énergie-information qui répond aux questions fondamentales, une énergie-joie qui fait éclater de rire et que le chamane peut maîtriser, oh suprême paradoxe ! par la plus grande humilité. Voilà ce qu’en lui-même l’apprenti-guerrier de  l’esprit de la Défense va peut-être chercher dans la nature …

Nature au dedans, Nature au dehors, le premier pas de sa quête sera de faire la lumière sur ce vieux mystère du sujet et de l’objet totalement occulté par le matérialisme et sa mystification gigantesque de l’objectivisme: l’homme moderne, pour qui tout est « objet » et matière , est persuadé d’être le seul à posséder une conscience, une intériorité, il a donc beaucoup de mal a en attribuer une à un oiseau, à fortiori à un arbre ou à la terre elle-même. C’est cette vision objectiviste de l’existence dont le chamane est délivré. Le développement personnel systémiqueÒ, transposition occidentale du chamanisme, est d’une grande clarté pédagogique concernant la compréhension de concepts délicats tels que celui de «l’anneau de pouvoir » et le passage du Tonal au Nagual, concepts essentiels pour pouvoir progresser dans la voie du chamanisme. Il n’introduit pas seulement l’apprenti-chamane à l’intelligence du corps et à la communication avec les énergies de la nature mais il lui signale les repères philosophiques grâce auxquels il peut retrouver son âme.
 
Claude Paul DEGRYSE


Commentaires (1)