Chamanisme-écologie

Stages et formation en chamanisme Toltèque

Paul Degryse


Tél :

09 86 35 62 23


Courriel

wambli.cd@live.fr



Conception du site : O.J

Mentions légales




Les Articles

Vous trouverez dans cette rubrique, une diversité d'articles sur les apports du chamanisme au plan personnel et collectif.

(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Claude Paul DEGRYSE




14 Nov 2013

TRANSCENDER ET DISSOUDRE SES PEURS PAR LE CHAMANISME

publié par le 14 Novembre 2013 à 23H11- vu 423 fois - Print




Nos peurs sont la cause de presque tous nos problèmes de presque toutes nos tensions et misères, de presque tous nos échecs.

Les peurs sont très variées. Peur de la violence, peur du vide, peur de la nuit, peur des animaux, peur de vieillir, peur de ne pas être aimé de ne pas être respecté, considéré, peur du ridicule, peur du pouvoir de l’autre, peur de perdre sa liberté, peur de ne pas être compris, peur de l’insécurité matérielle, de la solitude, peur d’aimer, de s’abandonner, d’être influencé, peur de la nature, peur de la foule, du feu, de l’eau, peur de l’immensité de l’univers, peur de la différence avec l’autre, etc etc….
            Il y a bien d’autres peurs et chacune peut se combiner avec une autre, démultipliant à l’infini la toile d’araignée dans laquelle notre conscience peut s’engluer.

            L’homme a même inventé en même temps que se développait son ego, une peur qui semblerait lui être exclusivement réservée parmi toutes les espèces vivantes : la peur d’avoir peur. C’est en effet l’image de soi qui s’effondre quand il se trouve confronté à une situation où il craint d’avoir peur et pour éviter de vivre ce sentiment désagréable il tournera tout simplement le dos à toutes celles qui comportent ce risque.

            Entre les peurs raisonnables (celles dont les psychologues disent qu’elles sont en fait des mécanismes de survie) et les peurs déraisonnables, rien n’est plus délicat d’établir une frontière tant la réflexion sur ses propres peurs est sujette pour chacun d’entre nous à la plus totale subjectivité. Et pourtant, aucune émotion n’est plus inhibitrice de l’affirmation de soi ni plus destructrice de la confiance en soi. La peur est l’une des choses qui gâchent le plus d’existences humaines.

            Il est donc essentiel de pouvoir travailler sur ses peurs et, dans le vaste registre des multiples méthodes de développement personnel qui s’offrent actuellement à l’homme moderne, la voie du chamanisme est particulièrement indiquée pour le faire efficacement.

            Le chamanisme, en effet n’est pas seulement  une démarche de guérison et d’autoguérison énergétique apparentée à la maîtrise des forces magiques de la nature mais c’est aussi une voie spirituelle souvent qualifiée pour son pragmatisme de « réalisme spirituel » dont les méthodes d’amplification du champ de conscience passent nécessairement  par l’unification et la maîtrise verticale des trois niveaux de la personne : le mental, l’émotionnel et le corps et par une ré-harmonisation horizontale de chacun d’entre eux dans ses polarités  yin et yang.

            Cinq idées maîtresses vont nous guider pour dégager une approche concrète du dépassement des peurs par le chamanisme :
 
1/ le principe du guerrier de l’esprit.
 
L’homme conscient de ses points faibles et qui reconnaît ses erreurs possède un atout incomparable pour réussir sa vie sur tous les plans : l’humilité dynamique . Selon les chamanes, le cosmos est à tous ses niveaux le lieu d’un combat perpétuel entre de multiples paires de polarités opposées et complémentaires qui donnent naissance à la réalité du monde, un univers d’autoprédation crée par l’esprit suprême pour faire triompher une force spirituelle pure présente potentiellement au cœur de toutes choses. Chaque être vivant possède ainsi sa chance d’accéder à l’identité avec cette force en acceptant ce perpétuel combat auquel se livre en lui deux entités cosmiques qui constituent ensemble la conscience totale : la force de permanence qui met le monde en ordre (à travers la conscience de chaque individu) pour le conserver le plus possible identique à lui-même (force que les chamanes appellent le Tonal) et la force de changement et de rupture qui incite en permanence la conscience de celui-ci au renouveau par le pouvoir immensément créatif mais chaotique qu’elle recèle (force que les chamanes appellent le Nagual)
            
2/ Pouvoir auto réalisateur de la peur.
 
La peur réalise fréquemment le danger qui la suscitait au départ, si peu réaliste en fut la raison.

3/ Origine de la peur.
            
Toutes les peurs sont rattachées de près ou de loin à la peur de la mort.
 
4/  La peur, stratégie du Tonal.
            
La peur est très fréquemment mise en place dans la conscience par le Tonal pour maintenir l’être humain dans le non changement et la conservation.
 
5/ Le dialogue intérieur et la peur.
           
Toutes les pensées et paroles qui absorbent notre attention et que les chamanes appellent le dialogue intérieur et qui constitue une description inlassable de la vision personnelle du monde de chaque individu, sont la plupart du temps le produit mental de toutes nos peurs réunies, (au minimum de toutes nos inquiétudes si le mot  « peur » fait peur à certains lecteurs !).

COMMENT UTILISER CES CINQ PRINCIPES POUR DISSOUDRE LES PEURS ?
 
            Il résulte du premier principe, celui du guerrier de l’esprit que, bien loin d’être une chose honteuse, le fait d’avoir des peurs y compris déraisonnables fait partie du grand challenge  que l’Esprit suprême propose à l’homme d’affronter pour élever son niveau de conscience. Notre existence ne peut pas être plus exaltante ni plus joyeuse qu’en la vivant comme guerrier de l’esprit, c'est-à-dire en nous consacrant au nettoyage de tout ce qui freine l’élargissement de notre conscience.

            Les chamanes savent que notre niveau de conscience ordinaire se trouve bien en dessous de notre potentiel, des merveilles sont à découvrir, des prouesses et prodiges sont à vivre mais c’est en se dépassant lui-même que l’apprenti chamane les expérimentera et découvrira le sens réel de l’existence humaine. Que ferait l’homme de sa vie s’il possédait déjà la perfection et toutes les qualités et pouvoirs que lui promet la voie du guerrier de l’esprit ?

            Il n’y a donc pas lieu d’avoir honte de ses points faibles et en particulier de ses peurs mais par contre quelle tristesse et quel gâchis de ne pas s’attacher à les dissoudre !

            C’est le premier principe : accepter pleinement ce que l’on est pour accéder pleinement à ce que l’on peut être.

            Le second principe nous dit que la peur réalise fréquemment le danger, même illusoire, qui l’a suscité au départ. Quand nous avons peur d’une situation et que nous lui tournons le dos nous restons faibles ou tout au moins nous ne devenons pas plus forts. Or cette absence de force était précisément la raison pour laquelle nous avions peur !

            Si cependant nous acceptons d’affronter la situation mais si nous le faisons en nous laissant excessivement dominer par la peur, celle-ci nous fera probablement échouer en déstructurant l’organisation psychique et nerveuse dont tout acte délicat a besoin et notre échec viendra confirmer et renforcer notre manque de confiance initial.

            Le troisième principe relie toutes les peurs de façon plus ou moins directes à celles de la mort. Très tôt dans leur apprentissage les apprentis chamanes apprennent que l’essentiel de leur personne est leur conscience et que celle-ci est en réalité sans limite ni dans le temps ni dans l’espace ce qui supprime en eux la peur de la mort comme menace de néant.

            Le quatrième point relie toutes les peurs au Tonal, la force qui tend à conserver les choses telles quelles sont et à maintenir l’ordre dans lequel la conscience des êtres vivants les a organisé. De façon très simplifiée c’est la puissance conservatrice de la mémoire qui abuse de son pouvoir, un abus voulu par l’esprit suprême pour mettre au défi les êtres conscients de dépasser celui-ci en s’ouvrant au Nagual, la force créative de l’univers. Pour résister à celui-ci le tonal a mis en place dans la conscience de l’homme la peur de l’inconnu et du changement, la peur d’apprendre.
 
            Le cinquième principe considère le dialogue intérieur comme le produit mental de toutes nos peurs mais ce flux permanent de pensées et de paroles nourrit et renforce en retour les peurs dont il provient. En supprimant peu à peu le dialogue intérieur l’apprenti chamane voit ses peurs disparaître et entre dans le courant de pure conscience de l’aigle que véhicule son silence attentif.
            Ainsi, en nous appuyant sur ces cinq principes nous pouvons nous débarrasser entièrement de nos peurs, retrouver entièrement notre confiance en nous-même et vivre pleinement notre existence.
 
Claude Paul DEGRYSE




Votre nom*

Courriel*

Commentaires*
Balises HTML permises :<p> <u> <i> <b> <strong> <del> <code> <hr> <em> <ul> <li> <ol> <span> <div>

Code de vérification*
 
Commentaires, notes